fbpx
 In Non classé

Vous connaissez peut-être cette façon de faire car vous la pratiquez… ou l’avez déjà subie !

Pourquoi je dis « subie » ? Après tout, l’intention du feedback sandwich semble positive : exprimer un point appréciatif négatif à son interlocuteur entre 2 points positifs. Bref, cela consiste à commencer par du positif, à enchaîner sur le point sensible pour enfin terminer sur une note positive…
Pour moi, c’est une fausse bonne idée pour au moins 2 raisons :

  • une efficacité discutable, notamment du fait d’une dilution des messages,
  • une mise en pratique souvent très « technique », peu authentique donc contre-productive

A moins d’être bien maîtrisée et surtout bien investie notamment en terme émotionnel, cette méthode revient en effet souvent à trouver à tout prix un point positif pour commencer (alors même que je suis chargé négativement), à exprimer de manière détaillée voire intense le point sensible puis à terminer avec une phrase du genre « Mais, bon ce n’est pas contre toi, ne le prends pas mal » ou autre conclusion sans doute bien intentionnée mais très maladroite…

Vous me trouvez dur ?

Je ne doute pas que l’on puisse émettre de la bonne manière un feedback sandwich mais sur le terrain, je ne le vois presque jamais :-). Heureux sont vos interlocuteurs si vous jugez être une exception !
Cette approche est – selon moi – pas optimale et mal utilisée. Et puis encore une chose : tous les témoignages démontrent que le récepteur d’un tel feedback voit la technique arriver ! Cela ne me gêne pas qu’il s’en rende compte ; ce qui me gêne, c’est la perte de crédibilité donc de confiance, une des clés pour une relation de feedback harmonieuse.
Alors Philippe, qu’est-ce que tu proposes ?
Tout simplement de réapprendre à émettre un feedback qui reflète la réalité vécue du moment, sans chercher à amoindrir ou à équilibrer artificiellement. Réapprendre à ne pas céder à la tentation de terminer à tout prix sur une « note positive ».


Cette « fausse bonne idée » est souvent le reflet d’une croyance du type : « ça ne se fait pas ! » ou « je ne peux pas dire ça sans terminer par ça ! ». On en parle ?