fbpx
 In Non classé

Ah ! Cette fenêtre de Johari… Une belle illustration des bénéfices du feedback pour une meilleure connaissance mutuelle.

Ce modèle, en apparence tout simple, est très instructif et je trouve, très imagé, au sujet des degrés de connaissance de soi par rapport aux autres.
Imaginé par Joseph Luft et Harrington Ingham en 1955, il distingue 4 zones, déterminées par le degré de connaissance de soi et le degré de connaissance par les autres. En clair :

  • la zone publique : ce qui est à la fois connu de moi et des autres ; c’est le « moi public »
  • la zone cachée : ce que je connais de moi que les autres ne soupçonnent pas ; c’est le « moi privé »
  • la zone aveugle : ce que j’ignore de moi ou ne veux pas voir mais qui est connu des autres
  • la zone inconnue : ce qui est ignoré à la fois par moi et par les autres (inconscient)

Ouvrir les fenêtres ?

Le degré de pratique du feedback influence considérablement ces différentes zones. Par exemple : lorsque je demande volontairement du feedback, je me donne une occasion de diminuer ma zone aveugle. Lorsque je réfrène l’expression de l’impact de telle ou telle circonstance sur moi, je préserve ma zone cachée.


Ce modèle illustre bien le degré de sagesse et d’intentionnalité que je peux avoir : ma pratique du feedback, en émission et en réception, ouvre ou ferme ces différentes zones…