fbpx
 In Non classé

D’après les anglo-saxons, oui ! « Feedback is a gift ». Mais honnêtement, en pratique, le vivons-nous toujours comme cela ?

Untel me fait une remarque sur mon look, mon retard, ma faute de frappe dans mon dernier mail, ma quiche au thon, ma façon de conduire, mon côté râleur-obscur-secret… bref ! Un feedback n’est pas toujours agréable à recevoir et si en plus il est maladroit, agressif – pour les 6 réglages d’un bon feedback, c’est par ici – je risque de ne pas le vivre comme un cadeau ou alors un cadeau empoisonné.

Déjà, un rappel : un cadeau, ça peut se refuser. Et, dans ce cas, il continue d’appartenir à celui qui se voyait vous l’offrir. Donc, si c’est une « bombe », vous voyez le tableau ? Mais ce n’est pas le sujet de cet article.

Gagner ou apprendre.

Voilà, c’est ça le truc pour considérer, qu’en effet, le feedback est un cadeau.

Celui-ci porte sur une appréciation positive, il vous encourage, félicite, remercie, valorise, vous informe d’un effet sympa ou carrément waouh de votre comportement sur votre environnement ?
Je gagne. Je gagne en confiance en moi, estime de moi, conscience et connaissance de moi. Je suis nourri(e), informé(e) de mes qualités et apports dans ce monde.

Le feedback porte sur une appréciation négative, il vous confronte, interpelle, éclaire un manque, vous informe d’un effet désagréable ou carrément nocif de votre comportement sur votre environnement ?
J’apprends. J’apprends sur moi, mes axes de progrès, mes zones d’ombres qui n’attendent que d’être éclairées. J’apprends à mieux me connaître et mieux connaître l’autre, ce qui le touche (voir article sur la fenêtre de Johari).


En résumé, selon la nature du feedback, ce n’est pas gagner ou perdre mais bien gagner ou apprendre. CQFD !